Home :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 54.145.235.23
Apocalypse des Mots
Note. En cours de rédaction

par Olivier Auber

Au moment précis où un texte est prononcé ou publié, il est propulsé en dehors de l’orateur ou de l’écrivant, la pensée entame une nouvelle carrière, le texte arrive sur la marché des mots, dans une écosystème de signes. Il y a un avant et une après le texte, qui modifie lui-même le contexte du texte suivant. Si l’on se dispute pour être le premier à lancer une idée ou pour avoir le dernier mot, c’est que de la parole prononcée, a fortiori du texte qui la fige, émerge un hiérarchie. Souvent les mots sont là pour conforter celle qui pré-existe ou pour tenter d’en créer une autre. Je parle ici de “textes”, cela peut tout aussi bien être de la musique ou tout autre assemblage de signes. On parle de “hiérarchie” ; il s’agit plus généralement de la distinction entre sexes, âges, cultures, niveaux d’éducation, de fortune, de pouvoir, etc. et donc de la formation des identités. On le voit, la diachronie de l’énonciation est la source même de l’organisation hiérarchisée de la société. Cette hiérarchie s’enracinent à son tour dans le contexte de l’énoncé, qu’il s’agisse d’une place de village, d’un palais présidentiel, des médias ou aujourd'hui de l’Internet.

Parmi tous les types de textes possibles, il en est de très particuliers en regard de la notion de hiérarchie, ce sont les discours apocalyptiques, à savoir ceux qui prédisent un prochain effondrement de l’ensemble de l’édifice social, voire anthropologique. Ces textes sont par bien des égards des textes de pouvoir absolu. D'autres types d'énoncés tentent de tenir à distance les premiers, ce sont les discours prophétiques. Eux aussi s'inscrivent dans une logique de pouvoir ; par leur tour de passe passe, il tentent de confisquer l'avenir.

Comme le souligne l'anthropologue Clarisse Herrenschmidt: pour les premiers inventeurs de l'écriture en 3200 avant notre ère, "l'acte d'écrire revenait à externaliser l'organe humain du langage (la bouche) animé du fluide de sa compétence : l'eau, la salive ou la parole". De même, vers 620 avant notre ère, les inventeurs de l'écriture monétaire arithmétique considéraient la monnaie également comme une externalisation du corps: "un oeil brillant, animé du fluide de la lumière" permettant de mesurer, d'estimer et d'acheter. A peu près à la même époque, Parménide écrivit: "L'acte de penser et l'objet de la pensée se confondent". Ils se confondent en effet, aussi avec leurs prolongements matériels: l'écriture, la monnaie, et leurs modalités d'échange, c'est à dire avec le contexte matériel qui véhicule la pensée. Le texte modifie donc le contexte et les hiérarchies qui le structurent. Clarisse Herrenschmidt toujours: "Si l'on se réfère aux travaux d' Alan Turing et de John von Neumann, l'ordinateur est un cerveau, l’un et l’autre animés du fluide de leur compétence". Après la bouche et l'oeil, c'est donc le cerveau qu'on externalise, et cela est d'autant plus vrai dès lors que les ordinateurs sont connectés en réseau : on parle désormais d'un "cerveau planétaire".

L'affaire s'est singulièrement compliquée depuis l'invention de l'écriture, mais la question du "fluide" reste pertinente: Quelle est la nature du fluide de compétence de l'ensemble des cerveaux humains et machiniques ainsi confondus? Existe t-il une forme de hiérarchie propre à ce cerveau global fonctionnant idéalement de manière synchrone, distribuée, voire complètement acentrée?

Notes en cours de compilation...

...


  • Schopenhauer: "Le monde comme Représentation et comme Volonté"

  • Dans les années soixante, Marshall McLuhan constatait que "le médium est [devenu] le message", Peu importe le contenu, ce qui compte est le canal de transmission. On était passé de l'espace et du temps propres à l'agora grecque, à une toute autre topologie, celle des médias centralisés, à savoir, c'est la thèse défendue ici: une forme de perspective temporelle articulée autour de points de fuite, tout comme la perspective spatiale l'était en son temps. Jusque-là tout allait bien puisque la notion de hiérarchie était sauvegardée: le pouvoir est concentré au point de fuite.

  • Jack Goody?: Technologie de l'intellect?




  • ProfesseurDeDesepoir? NancyHudson?

....

... les structures des apocalypses...

Parmis tous les types de textes possibles, il en est de très particuliers eu égard à la notion de hiérarchie, ce sont les discours apocalyptiques?, à savoir ceux qui prédisent un prochain effondrement de l'ensemble de l'édifice social, voire anthropologique. Si de tous temps, ce type de texte a existé, ce début de siècle en produit de nombreux exemples. Penons en un : le roman "les particules élémentaires" de Michel Houellebecq (Flammarion 1998) qui annonce (ou fait annoncer par ses personnages) la fin de l'humanité telle qu'on la connait et la création d'un néo-humanité de clônes à l'ADN controlé.

...sont a rechercher au delà des faits politiques, dans le rapport entre l'énoncé et le média de l'énoncé... à suivre


EnCoursDeRedaction
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]