Home :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 35.153.135.60
Commentaire sur http://www.internetactu.net/2009/05/25/la-convergence-des-sciences-13-un-choix-de-societe

"Jean-Michel Cornu dixit: “Il n’est pas nécessaire d’en comprendre tous les fondements techniques, mais de comprendre seulement l’architecture”

Oui, oui et re-oui, mais comment rendre lisible cette architecture, j’entends au sens politique et social car c’est ce qui importe in fine au commun des (im)mortels? Il est proposé une grille d’analyse dans Prospectic (le dernier libre de JMC): c’est celle de la “perspective” (spatiale, temporelle ou numérique). Sans entrer dans les détails théoriques, il s’agit simplement d’apprendre à distinguer dans une applications NBIC la nature de ce qui “lie” les usagers (ou les victimes), - entre eux d’une part, et avec l’application et l’organisation humaine qui l’a met en place, d’autre part -.

Trois bonnes questions peuvent être posées:

1) L’application est-elle intimement dépendante d’un centre physique particulier (un laboratoire, le siège d’une multinationale, un centre de commandement, etc.)?

2) L’application nécessite-elle une connexion quasi-permanente « en temps réel » des parties concernées avec ce centre (via un serveur, un centre de distribution, un centre de calcul, etc.)?

3) L’application met-elle en œuvre un « code » qui doit être partagé par toutes les parties impliquées ? Cela peut être un logiciel particulier, une (nano)machine, une fréquence radio, une adresse internet, une clé de cryptage, un protocole d’échange, un langage, un gène, un virus ou une molécule…

Dans les trois cas, les question subsidiaires sont: quelle est la rétroaction des usagers (…) sur le centre physique, ce commutateur ou ce code? A qui appartiennent-ils? Comment sont-ils gouvernés?

Il va de soi que la plupart des applications que l’on pratique aujourd’hui, on est amené à répondre OUI aux trois questions. Dans le cas de l’application « Iphone » par exemple, les réponses sont : 1) Apple 2) Apple Store 3) l’objet Iphone lui-même. Faites vous-même l’exercice avec les application « Skype », « Vélib », etc. et tentez de répondre aussi aux questions subsidiaires…

Dans le cas des applications véritablement NBIC, les réponses sont plus complexes à formuler, notamment sur la question de gouvernance du « code », mais des analogies avec des applications connues de longue date peuvent aider. Par exemple le « tabac » peut être vu comme une application NBIC. Les réponses seraient dans ce cas : 1) Industries du tabac 2) Circuit de distribution 3) Nicotine. Réponse à la question subsidiaire : la régulation de l’industrie du tabac a longtemps été confiée à des monopoles nationaux (SEITA), aujourd’hui elle s’opère essentiellement par voie fiscale (surtaxe).

En résumé, il n’est pas si compliqué d’aiguiser la comprenette de nos contemporains sur ce qui les attend avec les NBIC, à condition qu’il existe une véritable volonté politique de le faire. Et c’est là que ça se corse, car les acteurs sont juges et parties. Voudront-ils que leur position soit mise à nu?"

Pour aller plus loin, voir http://perspective-numerique.net


NBIC
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]