Home :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 18.206.194.210
Source : http://www.icann.org/fr/presentations/future-of-icann-beckstrom-28jan10-fr.htm

Le futur de l’ICANN

Premier forum annuel .ORG

Présenté par le
Registre d’intérêt public
Washington, DC

28 janvier 2010

Rod Beckstrom, président-directeur général Société pour l’attribution de noms de domaine et de numéros sur Internet (ICANN)

Discours —

Merci, Alexa, c’est un plaisir d’être avec vous et votre équipe au Registre d’intérêt public (PIR). Je suis heureux de me joindre à vous et aux membres du PIR, de .org et de la Société Internet ici à Washington. Je vous félicite Alexa pour votre incroyable leadership à la tête du PIR et pour votre appui à l’écosystème des joueurs Internet et pour l’appui que vous m'avez démontré en tant que nouveau président-directeur général de l’ICANN. J’ai beaucoup apprécié votre accueil.

1. La communauté PIR

En tant que communauté avant-gardiste, vous représentez ce qui est universellement transformateur et bénéfique à propos de l’Internet aujourd’hui. Tel que vous vous décrivez, vous êtes une «communauté mondiale d’organisations missionnaires» qui cherchent à améliorer le monde et à mon avis, c’est ce que représente l’Internet. Vous êtes une source d’inspiration pour la grande communauté Internet qui désire atteindre les mêmes objectifs. Je vous salue.

Sur le blogue.org, une des dernières entrées sont vos instructions sur la façon d’utiliser .org et la liste d’agences humanitaires et philanthropiques qui participent à l’effort pour aider Haïti. Je note de votre page Facebook qu’un de vos plus importants registraires, Go Daddy, a contribué un demi million de dollars pour aider les victimes haïtiennes et ce, le jour même où le tremblement de terre s’est produit. Votre communauté représente ce qu’est la solidarité en pleine action.

On m’a demandé ce matin de vous offrir certains commentaires et informations à propos du futur de l’ICANN. Nos plans, évaluations et décisions vont affecter la communauté ICANN et DNS – ils se feront dans le contexte de l’Internet universel et auront un impact sur la société, sur l’économie, la vie, les espoirs et les aspirations de près de deux milliards d’utilisateurs Internet, et encore plus grâce aux téléphones reliés aux réseaux de protocoles Internet. 25% de la planète utilise les ordinateurs pour accéder à l’Internet, avec une population mondiale de près de 7 milliards. La population mondiale va continuer de croître mais la pénétration de l’Internet sera encore plus rapide. Éventuellement, l’Internet rejoindra presque tous les individus sur la terre. Indirectement, l’Internet rejoint déjà presque tout le monde. Les utilisateurs Internet consultent environ à un milliard de pages web à tous les jours et plus d’un trillion de noms de domaine sont recherchés et consultés à chaque jour. Juste au cours de mon discours d’une heure, 11 000 personnes qui n’ont jamais utilisé l’Internet auparavant vont se joindre à ce mouvement mondial. C’est une sorte de miracle qui se produit en ce moment. Nous sommes tous en train de nous connecter grâce à ce merveilleux système nerveux mondial – c’est le nouveau tissu social de notre société et de notre économie globale. Une des choses les plus importantes que nous devons faire est de ne pas y faire obstacle et de simplement faire de notre mieux pour que le système puisse continuer de fonctionner.

Je suis convaincu que cette communauté et l’ICANN partagent la même vision du monde et la même philosophie. Vous, comme nous, sommes dédiés à renforcer la sécurité et l’intégrité de l’Internet, à améliorer l’accès à la technologie et à rejoindre les marchés qui sont sous-desservis.

Alexa, j’apprécie l’engagement que vous avez démontré dans votre message blogue pour la nouvelle année à l’effet que cette communauté devrait «appuyer les modèles de gouvernance multipartite comme l’ICANN et les aider à mieux opérer».

Comme vous le savez, un domaine où l’on travaille déjà étroitement est la publication des paramètres des protocoles. L’IETF, l’Équipe d’ingénierie Internet, est l’incroyable réseau d’ingénieurs qui a développé la plupart des protocoles Internet que nous utilisons aujourd’hui. L’IETF publie les normes des protocoles et à l’intérieur de celles-ci, spécifie les valeurs des paramètres des protocoles. Toutes les différentes valeurs sont publiées par l’ICANN et au nom de l’IETF en tant qu’autorité Internet pour l’assignation de nombres ou en tant qu’opérateur IANA.

L’IETF est donc le corps normatif et en tant que partenaire, l’ICANN fournit un service de publication afin que n’importe qui au monde puisse avoir accès aux paramètres et protocoles IETF. Nous travaillons bien sûr de façon collaborative avec votre organisation «parent», la Société Internet, qui finance plusieurs des activités IETF. L’ISOC joue un rôle important – et représente un réseau mondial d’utilisateurs –vous accomplissez beaucoup à travers le monde pour ce qui est de la question de capacité. De plus, vous avez vos propres écosystèmes chez ISOC : vous-mêmes, l’ISIC et l’IETF? jouez des rôles clés et nous sommes en effet des partenaires au cœur de cette communauté Internet

2. Structures et valeurs

Nous sommes la personnification de l’Internet et nous partageons ce qu’on l’on pourrait décrire comme une dualité centrale: nous sommes une infrastructure mais nous sommes également un ensemble de valeurs. Nous sommes en fait un miracle d’ingénierie lorsque l’on réalise que le système DNS est utilisé vingt millions de fois par seconde à travers le monde – vingt millions de fois – par seconde – vous vous imaginez! L’Internet lui-même est une vision et uns structure. Dans les deux cas, c’est tout à fait miraculeux.

Les valeurs qui sont importantes pour nous et pour lesquelles nous travaillons sont:

* l’universalité – rejoindre le monde (être mondial);
* l’unité- garder l’Internet uni, en un seul tout;
* la connectivité- permettre à tous les gens de se connecter;
* la transparence – être ouvert à toute la grande communauté;
* l’innovation – créer des conditions pour encourager l’innovation;
* l’inclusion – pour tous les groupes;
* la sécurité – s’assurer que l’Internet continue de fonctionner;
* la stabilité – protéger cette artère mondiale; et
* la fiabilité – puisqu’il y a tellement en jeu.

3. Virtuel et mondial

Le commissaire de l’Union européenne, Viviane Reading, a dit l’an dernier que le monde réel et le monde virtuel vont probablement se fusionner. «L’augmentation exponentielle de l’information, le développement des réseaux sociaux et la croissance accélérée du trafic vidéo en ligne vont progressivement provoquer une interconnexion entre le monde virtuel et le monde réel». Ceci représente des implications pour l’humanité et pour l’Internet.

Parallèlement à l’Internet, la société mondiale est, à chaque année qui passe, de plus en plus complexe et interdépendante. Les gouvernements, les organisations multilatérales, le secteur privé et la société civile reconnaissent maintenant qu’ils sont souvent impuissants lorsqu’ils agissent individuellement : les questions mondiales, les menaces, les opportunités et les défis auxquels ils font face dépassent souvent la capacité individuelle, peu importe leur puissance. Pensez aux changements climatiques et la catastrophe de Copenhague. Le travail continue et des progrès ont été faits mais le programme est trop important pour échouer. Peut-être est-ce le processus lui-même qui fait défaut : l’énorme machine que représentent les négociations intergouvernementales, les ententes faites dans des salles de réunion au milieu de la nuit par des délégués épuisés… avec une société civile fâchée et isolée, et avec finalement, les citoyens du monde qui deviennent des victimes qui doivent expliquer l’inaction de leur génération à leurs enfants et aux enfants de leurs enfants.

Les changements climatiques, les menaces de santé publique, l’immigration, la durabilité de l’énergie, l’affrontement des civilisations, le terrorisme, la pauvreté, l’agriculture et l’environnement – tous ces éléments résistent aux efforts d’acteurs individuels, d’états agissent seuls, même les plus grands et les plus puissants. De plus en plus nous remarquons l’influence et le potentiel de l’Internet dans différentes sphères. La science et l’innovation qui se développement à travers le web confrontent ces défis alors que les artères universelles de l’Internet provoquent des développements, stimulent des économies – et offrent des plateformes pour le commerce, la culture, les communications, soit pour le bien – et même pour le mal. On dit que les Talibans sont aussi habiles que les Occidentaux à faire circuler de la propagande sur le web.

Il n’est pas surprenant que le monde virtuel, le monde de l’interactivité (peut–être l’hyperactivité si vous avez des adolescents à la maison) et le web 2.0 sont de plus en plus complexes et de plus en plus importants pour la société mondiale. Notre modèle, notre structure de gouvernance multipartite, notre ouverture, notre transparence, notre persistance pour obtenir un consensus, sont en fait attaqués. On nous demande d’examiner la disponibilité de l’Internet, son hétérogénéité, sa mobilité, son extensibilité, sa sécurité, son ouverture et sa neutralité.

Les enjeux sont de plus en plus gros. Il y a plus d’argent en jeu, il y a plus de vies qui dépendent de nous, il y a ceux pour qui l’Internet représente maintenant une ligne de vie et ceux-ci sont prêts à se battre afin que leurs intérêts triomphent et dominent. Nous ne pouvons plus demeurer dans nos salles de réunions confortables en jouant le jeu de l’introspection et en utilisant des solutions qui nous sont familières.

Nous sommes tout simplement devenus trop importants. Cette notion n’est pas tout à fait la bienvenue mais elle représente la réalité. Et nous devons être prêts à emprunter une voie encore plus sophistiquée, inclusive et multipartite afin de défendre nos réussites et les valeurs sur lesquelles celles-ci sont basées – soit un intérêt qui est partagé, universel, et non sectoriel ou partiel.

4. Multipartite

Cette forme de gouvernance, avec ses caractéristiques de contrôle décentralisé, de processus inclusifs et parfois dissipés, qui porte attention aux voix d’importance autant qu’aux voix de pouvoir, est à la base de l’ICANN et de la gouvernance de l’Internet aujourd’hui. Je sais que ces valeurs sont aussi importantes pour vous qu’elles le sont pour moi. Un de nos panélistes et expert reconnu, Michael Nelson, a dit lors d’une réunion OECD que nous avions fait face à un «duel de modèles» entre la gouvernance traditionnelle et la gouvernance actuelle de l’Internet: je dois souligner qu’il était en faveur de préserver une architecture ouverte et décentralisée de l’Internet afin de maximiser la notion de choix, l’innovation et la créativité. Et je suis d’accord : les prochains milliards d’utilisateurs viendront, pourvu que l’on ne commence pas à édifier des murs et à rendre le tout plus dispendieux, plus restreint et plus difficile.

Je dirais même que tout comme les défis mondiaux auxquels nous faisons face aujourd’hui ne se subjuguent pas à des acteurs individuels ou à un groupe individuel d’acteurs et il en est de même pour la gouvernance Internet. La gestion de la complexité représente un défi pour le monde réel et le monde virtuel – qui convergent l’un vers l’autre. Le modèle moderne de gouvernance est multipartite. L’ICANN, avec vous nos amis, en est arrivée à cette solution. Il s’agit de la bonne solution. C’est une solution moderne et la seule solution satisfaisante. Un forum intergouvernemental ne traitera pas des questions complexes et conflictuelles des différentes parties prenantes de façon soutenue. Il en est de même pour une organisation 100% commerciale ou une assemblée de la société civile. Seul un système multipartite peut répondre aux besoins des diverses parties prenantes, les réconcilier et rechercher un compromis et un consensus qui reconnaît la valeur universelle de l’actif.

Cette voie sur laquelle nous sommes déjà ne sera pas facile. Elle deviendra plus complexe mais c’est celle qui est le plus appropriée pour gérer le niveau de complexité. Nous, chez ICANN, ferons tout ce que nous pouvons faire pour améliorer nos processus, pour les rendre plus simples, plus ouverts et redevables envers toutes les parties prenantes.

À cet égard, la nouvelle affirmation d’engagements de l’ICANN, qui appuie le modèle de gouvernance multipartite du système Internet mondial d’attribution de noms, aidera à garantir que nous travaillons à l’élaboration de politiques basées sur des faits. Nous nous sommes demandé comment changer notre façon de faire à la lumière de l’entente? Comment changer nos processus et comment expliquer les décisions que nous prenons? De quelle façon notre niveau de transparence doit-il changer?

L’affirmation – qui a été convenue entre le gouvernement américain et l’ICANN en septembre dernier – est une entente à long terme et n’est pas limitée à une durée de trois ans comme c’était le cas pour les ententes précédentes. Et c’est une bonne chose.

Elle établit aussi, sans l’ombre d’un doute, que le modèle ICANN est le mieux équipé pour coordonner cette ressource vitale et pour placer les révisions de la performance de l'ICANN dans les mains de sa communauté mondiale.

Selon la nouvelle affirmation, les États-Unis continueront leur participation au sein du Comité consultatif gouvernemental de l’ICANN – qui conseille l’organisation dans sa mission cruciale, soit de s’assurer que les systèmes Internet pour les noms et adresses demeurent stables et sécuritaires.

La nouvelle entente exige que la responsabilité de l’ICANN envers la communauté mondiale soit révisée au moins à tous les trois ans par un comité composé de représentants de la communauté.

Notre proposition pour la révision des structures, protocoles et échéanciers est présentement soumise pour commentaires publics. Ces révisions fournissent un mécanisme pour évaluer les progrès de l’ICANN afin d’atteindre les quatre objectifs organisationnels fondamentaux:

* garantir la transparence, la redevabilité et les intérêts des utilisateurs Internet mondiaux;
* préserver la sécurité et stabilité du DNS;
* promouvoir la compétition, la confiance du consommateur et le choix du consommateur; et
* la politique Whois?.

5. L’Internet international, l’ICANN internationale

Nous voici ici dans la capitale – accablée par les politiques partisanes et les commentaires délirants à propos des événements de la journée, à l’ombre du Capitol Hill. Nous sommes préoccupés par l’innovation, la science et la technologie dans nos écoles, nous ne voulons pas accuser de retard quand il s’agit d’investir dans le futur. Je crois que l’on peut se pardonner d’être fiers du rôle des États-Unis dans le développement de l’Internet et de son potentiel pour le monde. Nos bureaux de Marina Del Rey sont situés dans le même immeuble où le Dr Jon Postel travaillait pour l’Institut des sciences de l’information de l’Université de Southern California. C’est là que le Dr Postel a traité des délégations des zones racines Internet, des allocations de blocs d’adresses de réseau, des assignations des paramètres des protocoles ainsi que de toutes les autres tâches et ce, avec énormément de sagesse, générant ainsi un groupe multipartite mondial qui met encore l’ICANN au défi aujourd’hui lorsqu’il s’agit de gouvernance Internet et d’élaboration de politiques.

Comme vous vous le rappellerez, c’était en 1969 que le Département de défense américain a financé le développement du DARPAnet. Il s’agissait alors d’un phénomène tout à fait américain à l’époque et le travail pour développer l’Internet a été, en grande partie, fait ici. Toutefois, comme quelqu’un me l’a indiqué après la réunion internationale de l’ICANN à Séoul en octobre dernier, «oui, Rob mais les concepts fondamentaux de la commutation paquet ont aussi été développés au niveau international». Alors un mérite au niveau international est également dû.

Donc, l’ICANN devient – nous l’espérons – plus internationale au niveau de ses opérations et dans tout ce que nous faisons à tous les jours. Ceci est essentiel. Nous savons que nous sommes au cœur d’un actif mondial qui fait intégralement partie du progrès et du bien-être futur de notre monde. Notre cheminement international reflète cette réalité. Le rôle que joue l’Internet dans la stimulation de la croissance économique, en encourageant le développement et en partageant les bénéfices de la communication et de l’information à tous les individus sur la terre et sur tous les continents, est peut-être ce qui est au cœur de la société mondiale d’aujourd’hui.

J’ai mentionné la pénétration de l’Internet tout à l’heure: une croissance de 174% a eu lieu en Amérique du Nord au cours de la dernière décennie. 1,392% en Afrique et 1,648% au Moyen-Orient. Toutefois, cette pénétration est seulement à 7% en Afrique alors il y a toujours un énorme besoin d’accès et d’information qui représente tout un défi pour nous au cours des prochaines années.

L’ICANN travaille sans relâche pour répondre aux demandes afin que l’Internet soit encore plus universel et plus accessible. À cet égard, l’IGF – le Forum de gouvernance Internet – a été une voix critique mais importante pour l’avancement de l’écosystème international et de l’ICANN également, créant ainsi une plateforme constructive et uniforme pour rendre l’Internet encore plus international et ce, à tous les niveaux.

Nous avons obtenu d’incroyables résultats l’an dernier au niveau de la mondialisation et ce n’est pas fini.

Le processus Fast Track et les IDN?

Nous sommes tous très fiers du lancement du processus Fast Track IDN ccTLD? qui a eu lieu en novembre dernier. Ce lancement représente 11 ans de préparation technique et 7 ans d’élaboration de politiques. Les IDN représentent le plus gros progrès au niveau de l’usage de noms dans l’Internet depuis sa conception il y a de ça 40 ans.

Pour la première fois de l’histoire de l’Internet, toux ceux à travers le monde qui ne parlent pas l’anglais seront en mesure de voir les adresses Internet dans leur propre langue. À ce jour, 16 demandes représentant six langues différentes ont été acceptées, et quatre d’entre elles ont maintenant rejoint le processus de délégation de domaines de premier niveau.

Dans les années à venir, nous allons continuer de développer un processus plus permanent pour implémenter les IDN ccTLD.

La base technique de ce travail sera les protocoles IDNA? – l’Équipe d’ingénierie Internet finalisent présentement ces protocoles.

L’élaboration de politiques se basera sur les travaux qui sont présentement effectués par l’Organisation de soutien des noms des codes de pays, ainsi que sur les leçons apprises du processus Fast Track.

Développer une politique à long terme pour les noms de domaine internationalisés et génériques des codes de pays devient encore plus important lorsque l’on réalise que plus de la moitié des consommateurs préfèrent évidemment obtenir de l’information dans leur propre langue – et que les sites web qui sont offerts en une seule langue rejoignent tout au plus 30% de la population en ligne.

Mondialisation de l’organisation

L’ajout des IDN et gTLD? va changer le visage de l’ICANN en augmentant le nombre de registres et registraires à travers le monde. Soutenir ces groupes sera de plus en plus une priorité pour nous. Nous travaillons afin que les procédures et opérations de ces groupes soient plus transparentes et accessibles afin d’augmenter le niveau de participation mondiale et afin d’offrir une meilleure compréhension de leurs activités.

La communauté ICANN continue de croître mondialement. Plusieurs pays se sont joints au Comité consultatif gouvernemental l’an dernier dont la Chine, la Géorgie, l’Iraq, la Mongolie, les Philippines et la Fédération russe et à ce jour, plus de 90 pays sont maintenant représentés.

Le Comité consultatif gouvernemental aura un profil encore plus important au sein de l’ICANN du futur.

Le GAC va jouer un rôle majeur quant à la façon dont les équipes internationales de révision sont organisées et aussi dans la sélection des membres des équipes.

La communauté At-Large a ajouté environ 20 groupes d’utilisateurs Internet ou de structures At-Large, incluant le premier provenant du Pakistan, pour un total mondial de plus de 135. Ceci signifie que les utilisateurs individuels et les groupes d’utilisateurs seront en mesure de mieux participer à l’élaboration des politiques et à la prise des décisions de l’ICANN.

L’Organisation de soutien pour les noms des codes de pays a également accueilli des ajouts de taille, tels que la Russie (dot-ru) et l’Union européenne (dot-eu), et comprend maintenant 100 opérateurs de codes de pays.

Le mois dernier, l’ICANN et l’Union postale universelle, qui est basée en Suisse, ont signé une entente historique donnant à l’UPU une autorité de gestion pour .post en tant que domaine de premier niveau. Cette entente a nécessité de longues négociations, une révision publique effectuée à l’aide du processus de commentaires publics de l’ICANN en plus de la considération du conseil d’administration de l’ICANN. Mais tous ces efforts en ont valu la peine puisque maintenant l’UPU et les états membres peuvent utiliser un nouveau domaine de premier niveau afin d’offrir de nouveaux services intéressants.

L’ICANN a également conclu une autre entente importante avec une entité des Nations Unies – l’Organisation éducative, scientifique et culturelle des Nations Unies. Cette entente permettra l’inclusion de plusieurs groupes de langues à l’aide de l’implémentation IDN. L’ICANN pourra ainsi exécuter sa mission d’inclusion mondiale en élargissant l’arène des parties prenantes internationales.

Pour rejoindre le nombre croissant d’individus et d’organisations, nos partenariats mondiaux vont continuer de :

* établir des projets clé et des initiatives avec des groupes de parties prenantes;
* offrir de la formation et éduquer la communauté Internet située dans les régions ICANN en croissance; et
* effectuer des rencontres personnelles avec les représentants règlementaires et gouvernementaux au niveau local et au niveau régional.

Ces tâches comprennent la promotion et la facilitation d’une participation aux processus ICANN en attirant les gens aux réunions de l’ICANN, en plus d’établir des activités éducatives et promotionnelles pour les différents groupes.

Nous devons, et nous continuerons de mondialiser tous les aspects des opérations ICANN qui supportent le modèle multipartite afin de desservir efficacement et de façon appropriée la base multilingue des parties prenantes.

6. Autres directions clé pour l’ICANN

Nouveau programme gTLD

La communauté ICANN a fait beaucoup de progrès au cours des dernières années afin d’implémenter les nouveaux domaines génériques de premier niveau, qui créeront et encourageront la compétition, la confiance du consommateur et le choix du consommateur à l’intérieur de l’espace des noms de domaine.

Le Guide du demandeur en est maintenant à sa troisième révision et chaque révision reflète l’incorporation des commentaires publics et des recommandations de plusieurs experts.

Nous continuons de travailler afin de régler certaines questions non résolues. Notre objectif en 2010 est de continuer notre travail opérationnel, d’explorer l’introduction potentielle d’un modèle de pré-enregistrement/ou pour démontrer un intérêt et finalement, de résoudre les questions qui demeurent d’une façon qui répond aux préoccupations légitimes des parties prenantes.

IPv6 – de 4 294 967 296 à plus encore!

Vous avez probablement entendu parler au cours des dernières années que les réseaux et les fournisseurs de service devraient être en mesure de pouvoir utiliser l’IPv6. Il y a plusieurs raisons pourquoi l’usage de l’IPv6 est de plus en plus important. Regardons un peu les chiffres.

Donner à tous l’accès à l'Internet est un objectif louable mais il ne peut être réalisé sans l’expansion du système numérique d’adresses – les adresses IP –qui sont derrière les noms de domaine que nous utilisons à tous les jours. Au cours des 30 dernières années, l’Internet a grandi avec l’IPv4 mais nous arrivons rapidement à un point où les espaces d’adresses seront complètement alloués. Voyez-vous, il y a 7 milliards d’humains sur la terre et moins de 4 milliards d’adresses IPv4 utilisables.

Comme vous le savez peut-être déjà, au début du mois l’ICANN a alloué deux blocs ||IPv4}} à l’APNIC, le Registre régional Internet pour la région de l’Asie Pacifique, ayant pour résultat que les adresses IPv4 non allouées comptent pour moins de 10% du total de ces adresses. Ceci signifie qu’il reste seulement 385 millions d’adresses IPv4 pour les nouveaux utilisateurs Internet alors qu’il y a encore plusieurs milliards d’individus qui n’ont pas encore accès.

Si nous désirons leur donner accès au même Internet que nous utilisons – celui où il est facile d’utiliser des technologies telles que les conférences vidéos et le VoIP? – ils auront besoin de connexions Internet avec des adresses uniques. Et la seule façon de faire est d’utiliser l’IPv6 le plus rapidement possible et avec le plus de gens possibles.

La bonne nouvelle est qu’avec l’IPv6, nous avons assez d’adresses pour tout le monde, soit le monde développé et le monde en voie de développement. Avec l’IPv6, chaque individu sur la planète pourrait posséder des trillions d’adresses pour leur commerce ou leur domicile. En fait, les 30 000 entreprises et IPS de plus de 190 pays qui sont membres des registres Internet régionaux – ceux qui distribuent les adresses – pourraient obtenir des trillions d’adresses IPv6 juste en démontrant simplement le besoin. Il y a assez d’adresses pour tout le monde et plus encore.

Et l’adoption est importante. C’est pourquoi la racine du DNS peut être accédée par l’IPv6, pourquoi les réseaux et services ICANN sont accessibles par l’IPv6 et pourquoi les serveurs de noms .ORG sont accessibles par l’IPv6.

Mais l’ICANN, l’.ORG, les autres TLD et les points d’échange représentent seulement l’infrastructure Internet. Il est maintenant nécessaire, que de façon collective, les consommateurs, entreprises, IPS, fournisseurs de services d’hébergement, fournisseurs de contenu et les différents réseaux utilisent l’IPv6 sur leurs réseaux afin que les nouveaux utilisateurs puissent partager le même réseau auquel nous nous fions.

7. Cyber sécurité et cyber défis

Le monde réel et le monde virtuel convergent. Gérer la complexité devient notre plus grand défi. Et tout comme le potentiel et l’importance de l’Internet pour le monde réel se développent rapidement – les dangers se développent également. L’Internet a perdu son innocence. Et là je ne parle pas des sites pornographiques! Ceux-ci sont probablement encore assez innocents si on les compare aux menaces de cyber sécurité. Les phénomènes du cyber crime, cyber conflit et de cyber guerre dominent de plus en plus la une des nouvelles. Certains parlent d’une nouvelle cyber guerre froide alors que nous savons que les menaces continuent de s’accroître.

Avec le cyber crime, les individus se font voler leur identité et des vies sont ruinées alors que les nations font face à des attaques de sécurité et ce, même en temps de paix. De plus, des systèmes complets de gestion internationale, de finance, d’énergie, de transport, de chaînes d’approvisionnement, de communications et même de médecine sont menacés. On parle ici de nouveaux cyber dangers et de nouvelles cyber guerres. Nous avons besoin de nouvelles façons de voir les choses afin de combattre et afin de planifier et considérer les périls et les promesses du cyber potentiel.

L’ICANN a bien évidemment été impliquée dans le problème de Conficker? l’an dernier, un réseau de zombies très étendu et particulièrement menaçant. Nous avons joué un rôle de leadership quant à la réponse de la communauté DNS pour combattre Conficker en facilitant le partage d’informations entre les opérateurs de registres TLD et les chercheurs en sécurité. Ce travail a souligné la valeur d’une réponse collaborative de la part de la communauté DNS – ainsi que les défis associés à une méthode ad hoc.

Nous collaborons maintenant avec le groupe de travail Conficker pour améliorer la sécurité, la stabilité et les capacités de réponse de la communauté DNS en plus de s’assurer que ces efforts sont reliés à la grande communauté de cyber sécurité.

Au mois de mai dernier nous avons publié notre premier Plan pour l’amélioration de la sécurité et de la stabilité de l’Internet. Ce document précise notre rôle au niveau de la sécurité et de la stabilité de l’Internet. C’est un document vivant et nous prévoyons le mettre à jour de façon continue afin de refléter la nature dynamique des questions de sécurité qui continuent de menacer la stabilité de l’Internet.

Il y a maintenant plus de 900 registraires accrédités par l’ICANN et nous collaborons avec eux afin d’assurer la sécurité et la stabilité de l’Internet Notre relation avec ses registraires est basée sur l’Entente d’accréditation des registraires ou la RAA. Cette entente établit les normes pour la collection et la rétention de données. Elle contient aussi des politiques qui aident à maintenir le niveau de sécurité et de stabilité du système de noms de domaine. Ces politiques ont été développées par la communauté ICANN et quelques-unes portent sur :

* la politique de transfert inter-registre;
* la politique Whois pour le rappel des données; et
* la politique d’exactitude des noms restaurés.

Notre personnel de liaison pour les registraires vérifie que les registraires se conforment aux exigences et conditions de la RAA. Ils effectuent ces vérifications par des résolutions informelles des plaintes des demandeurs et des conflits inter-registres ainsi qu’avec la révision des accréditions lorsque la RAA d’un registraire est renouvelée.

Nous avons également élaboré différentes méthodes pour contrer les défauts possibles des registraires et ceci nous permet de maintenir un système de noms de domaine plus stable.

Par exemple, nous avons un programme de données en fiducie pour les registraires par lequel ils peuvent déposer une copie de sauvegarde de leurs données d’enregistrement avec une tierce partie.

Notre procédure de transition pour les registraires accrédités facilite le transfert des enregistrements d’un registraire accrédité à un autre.

Nous avons également plusieurs processus internes d’opération qui aident à maintenir un environnement d’enregistrement de domaines sain et qui empêche une interruption de service au niveau des demandeurs et utilisateurs Internet si un registraire est en défaut.

Pour ce qui est du futur, nous prévoyons continuer d’orienter l’élaboration de politiques afin de pouvoir améliorer l’accréditation des registraires ainsi que les conditions de dépôt fiduciaire des données en améliorant la RAA. Nous allons continuer d’élaborer des processus et des procédures dans le cadre contractuel actuel afin de protéger les demandeurs et inscrits et pour aussi améliorer la sécurité et la stabilité du système de noms de domaine.

Par exemple, des travaux ont présentement lieu pour –

* resserrer les procédures d’application pour l’accréditation;
* établir des conditions d’éligibilité RAA et des règles de disqualification plus complètes; et
* élaborer des procédures pour permettre aux registraires de quitter le marché de façon responsable.

Nous planifions également dans le futur de renforcer nos efforts de vérification de conformité. Nous serons en mesure d’annuler l’accréditation d’un registraire lorsque les actions du registraire menacent la sécurité et la stabilité du système de noms de domaine.

Nous allons continuer de bâtir une communauté de registraires solide en partageant les meilleures pratiques disponibles dans l’industrie et nous implémenterons de nouveaux canaux de communications pour aider les registraires à répondre aux menaces sérieuses de sécurité.

Assurer la sécurité et la stabilité du système de noms de domaine et des autres identificateurs uniques demeure une priorité pour l’ICANN. Par exemple, nous avons récemment terminé une mise à jour importante du serveur racine «L» opéré par l’ICANN, dont la mise à jour de tous les envois à la cantonade existants et l’ajout d’un envoi à la cantonade mondial pour la République Tchèque en octobre dernier–le serveur racine «L» peut maintenant traiter plus d’un million de demandes par seconde. Nous continuerons de maintenir et d'améliorer le serveur racine «L» afin d’assurer la sécurité et la stabilité du service DNS au cours des années à venir :

* continuer d’améliorer la capacité du réseau, des routeurs et des serveurs DNS;
* simplifier et augmenter la performance de l’architecture du serveur racine «L»;
* déployer un serveur racine «L» avec un envoi à la cantonade amélioré ainsi que des systèmes améliorés de gestion et de contrôle.

Nous continuons également d’améliorer la sécurité de nos opérations des fonctions IANA en répondant aux normes d’excellence de l’industrie, aux normes de sécurité de l’information et des opérations, en plus d’investir dans l’augmentation de la capacité et d’implémenter des processus plus efficaces.

Nous continuons également notre travail pour améliorer la sécurité de l'Internet à d’autres niveaux. Après avoir opéré le DNSSEC – les extensions de sécurité du système de noms de domaine – dans un environnement racine pendant plus de deux ans, nous travaillons maintenant avec le Département de télécommunications nationales de commerce et d’administration de l’information (NTIA?) et VeriSign pour s’assurer qu’une zone racine DNS assignée par le DNSSEC? soit disponible en 2010. Nous avons déjà fait des progrès importants à cet égard.

Un sondage des opérateurs de codes de pays fait en 2009 a indiqué que 25% des 65 ccTLD? qui ont complété le sondage, avaient implémenté le DNSSEC, soit 7% de plus qu’en 2007. Nous avons également appris que 80% des autres registres prévoient implémenter le DNSSEC dans un futur proche.

8. Conclusion

Chers amis et collègues de cette extraordinaire communauté:

Je possède vingt-cinq ans d’expérience en tant qu’investisseur et président-directeur général d’une compagnie de haute technologie de Silicon Valley. J’ai environ quinze ans d’expérience en élaboration de politiques, surtout en politiques environnementales et deux ans en cyber sécurité. J’ai approché des chefs de direction pendant trois ans pour des missions Track II et des missions diplomatiques mondiales de paix.

Je suis donc un nouveau venu lorsqu’il s’agit de politiques et de gouvernance Internet. Pour moi, le défi que représente la gouvernance Internet est une confluence de tous les domaines où j'ai œuvré au cours des deux dernières décennies. Je me considère vraiment privilégié d’être ici.

C'est un grand privilège de faire partie de votre communauté. Au fur et à mesure que j'apprendrai, je serais très reconnaissant de vos conseils et de votre expérience. Comme vous le savez, il s’agit d’une tâche qui est importante pour le futur de l’humanité. Je ne veux pas être auto-glorifiant – l’Internet peut aussi être amusant. Il paraît qu’un couple américain sur huit s’est rencontré en ligne l’an dernier… Mais nous avons une responsabilité mondiale.

L’année dernière a été une année historique pour la communauté ICANN et pour la communauté mondiale Internet. L’Internet a presque réalisé tout son potentiel en tant que plateforme commune pour le prochain milliard d’utilisateurs et notre communauté multipartite évolue afin de refléter la diversité mondiale de l’Internet.

Les prochaines années seront sans doute cruciales. Nous commençons tout juste à comprendre ce que l’ICANN fera maintenant que l’affirmation des engagements est en place. Nous savons toutefois que l’ICANN continuera de supporter le travail essentiel des groupes individuels – tout en travaillant conjointement avec eux afin de s’assurer que l’Internet du futur demeure une technologie transformative pour tous les gens à travers le monde en plus d’encourager l’innovation, faciliter le commerce et permettre le libre flot d’informations en plus de continuer de refléter l’intérêt public.

Un monde.

Un Internet.

Tous connectés.

Merci.
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]