Home :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 100.26.182.28
ISO 3166, la norme du monde

Un petit topo de Marie-France Berny relevé le 14 septembre 2009 sur la liste comptoir ATcafedu.com (AT large)

L'ISO? est l'association mondiale des organes normatifs nationaux. Son rôle est de décrire en toute neutralité la norme, c'est-à-dire la normalité des choses. Par opposition, la standardisation est la façon dont certains (états, métiers, cultures, etc.) définissent la manière d'utiliser cette normalité. L'internationalisation consiste à propager une norme nationale de façon que son application devienne globalement normale : c'est donc la violation suprême de la neutralité.

Attention : si techniquement ce qui compte est ce qui est dit, stratégiquement c'est qui le dit. Même si c'est exactement la même chose, car celui qui le dit à le pouvoir de le changer et donc de forcer les fidélités techniques, et donc commerciales.

La norme ISO 3166 est la norme du monde. Elle décrit l'organisation des autorités et des langues administratives du monde, en confirmant ses données régaliennes avec l'ONU? et normatives avec l'ISO. Son rôle est d'être publiée et référencée dans toutes les autres normes, en toute neutralité technique, économique et politique. Jefsey, qui en co-assurait le déploiement avec Robert Tréhin, a obtenu, il y a trente ans, que la norme ISO 3166 soit aussi le fondement de la neutralité structurelle du réseau international de transmission de données. Ceci était en réponse à la confusion de "uk" qui provenait d'une ambition commerciale anglo-saxonne d'indexage privé du monde en ligne. Ceci prévenait aussi le risque opposé d'un indexage par les monopoles publics (standard X.121 de l'UIT?).

Le consensus public et privé international du réseau, de ses utilisateurs et de leurs applications, a suivi. Jon Postel a aussi suivi lorsqu'il a connecté l'internet au réseau mondial en 1984 (RFC 920). Il a confirmé sa position en 1994, lorsqu'il a stabilisé les ccTLD? (RFC 1591) de l'Internet devenu réseau mondial. L'ICANN a adhéré à son tour en 1999 (Document ICP-1). Elle prenait alors l'ISO pour une organisation de l'ONU, mais elle y co-maintient maintenant la norme ISO 3166 avec neuf autres organisations normatives.

ISO 3166 est ainsi à la fois la base du IANA?, le garant de sa neutralité, et l'assurance de son indépendance des intérêts publics, civils, privés, internationaux et techniques de la Gouvenrance de l'Internet. A ce titre elle est aussi la clé de la continuité de la neutralité de l'Internet à travers les normes ISO comme référents indépendants pour l'Internet pleinement acceptés par l'IETF?. Ainsi les normes ISO 639 pour les langues, ISO 10646 pour les caractères, ISO 14652 pour les fichiers "locale", ISO 11179 pour les registres de métadonnée, etc., etc. sont les bases à partir desquelles toutes les RFC et l'interopérabilité technique et commerciale de l'écosystème numérique sont construites.

Cette "neutralité par l'ISO" nous protège depuis trente ans d'une vision technique trop influencée par ces intérêts commerciaux états-uniens que dénonce l'IAB dans sa RFC 3869. Mais elle le fait en toute souplesse, puisque les USA sont un des principaux acteurs de l'ISO. Elle le fait dans une stricte vision multinationale dont témoigne la publication de ses normes en anglais et en français, par son respect des langues de l'ONU lors de ses débats, de toutes les langues administratives (décrites dans ISO 3166) lors de ses travaux, et pour ses propositions par chaque organisme de standardisation national. Tous ces organismes ont par ailleurs la capacité de proposer leurs préoccupations de travail qui pourra relever d'accord commun d'un travail mondial, ou d'un travail national ensuite soumis à l'approbation de la communauté ISO mondiale.

Elle nous agace aussi en tant qu'utilisateurs pilotes de l'Internet (Internet @larges) car nous ne voyons personne, ni ISO, ni Etats, ni société civile, ni organisation internationale défendre ce qui est la base de l'indépendance politique, de la neutralité commerciale, de l'autonomie de l'interopérabilité technique de l'Internet. C'est parce que nous avons compris cela et ce que cela implique en tant qu'architecture d'utilisation d'un Internet "centré utilisateur" (cf. le SMSI?) que nous supportons le combat (harassant, mais bougrement efficace à l'IETF, ISO, ICANN, etc. alors que les autres ne font que parler dans les parloirs créés pour qu'ils s'y enrouent) de Jefsey? (Intlnet), à travers france@large (atlarge?), et l'avons suivi dans ses efforts linguistiques (MLTF?), techniques (IETF), architecturaux (IUCG?), son action pour "bouger" l'ISO et la création de cette liste, vers la mise en activité de l'Intersem (cf. A-FRA et Multilinc les projets nécessaires à une standardisation IETF).

> Voir GameOver
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]