Home :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 54.80.208.105
Patrice Riemens 2018/01/13

En réponse à GeertLovink :

Après Boris Beaude, mais maintenant dans une interprétation plus pessimiste / dystopique, je ressens de plus en plus de vivre "les Fins de l'Internet". Et les liens fournis par Geert suggèrent que je ne suis pas seul. Nous, de la génération des "pionniers", sommes - depuis un certain temps déjà - en retraite irréversible, ne reste à voir que, si possible, cela ne se transforme pas en une déroute à la Berezina.

En outre, je me demande si les recherches universitaires de notre sorte ont eu un impact sur le "débat général". Il est (était) agréable dans nos cercles tout de même, mais est / était probablement perçu - voire pas du tout - par le «courant dominant» comme étant fortement autoréférentiel. Il n'est donc pas surprenant du tout que maintenant des «initiés de l'industrie de premier plan» soudainement bouche appréhension ou pire, «le monde écoute» - et peut faire très peu avec le message. Comme Geert l'écrit "(g) oing offline est (...) en fait une option que seules les élites peuvent se permettre".

Par conséquent, je ne suis pas non plus optimiste quant à «(w) qu'est-ce que nous avons à offrir du point de vue de l'informatique communautaire de la vieille école (...)»: pas beaucoup, encore une fois, même si cela suscite des discussions intéressantes. Nous devrions certainement continuer à le faire - contre toute attente (et de garder nos emplois?). Pour les AA, le «débat sur les médias sociaux qui se réchauffe et se généralise» se déroule autour de questions que nous aurions pu poser très tôt, mais qui sont maintenant réinterprétées différemment par d'autres entités - de manière très individualiste et paniquée mode, par exemple.

'Scaling up' est le rêve éternel de l'actionnisme. Mais est-ce réaliste? Je suis d'accord que l'exode est un privilège, mais alors, pour un grand nombre de personnes, les nouveaux médias ne sont absolument pas triviaux et sans problème - jusqu'à ce que quelque chose se produise, le hype et la consternation frénétique s'ensuivent. se sentir totalement impuissant - tout comme les utilisateurs de vieux senti quand le système téléphonique (ou tout autre utilitaire) est tombé.

La souveraineté technique (voir les livres sobtech, récemment publiés sur nettime) est bien sûr ce qui devrait être pratiqué et réalisé - par «nous». Mais qui croit sérieusement qu'il restera autre qu'une position minoritaire? (bien que je le souhaite et que j'espère que certaines personnes le fassent!) Et nous devrons non seulement être en mesure d'établir notre propre infrastructure, mais aussi accepter ses limites - la raison même pour laquelle elle ne sera pas intégrée.

Je ne pense donc pas que "Silicon Valley" ait peur de la résistance et - encore moins - de l'exode. Ils sont cependant très préoccupés par les «atteintes à la réputation», mais ce qu'ils redoutent le plus, c'est une intervention ferme du gouvernement, la raison même pour laquelle ils défendent le gouvernement (à moins, bien sûr, d'avoir leur poche ...)

Bon vieux combat politique dans une nouvelle forme alors? Les chances sont minces, mais existantes. Je pense que c'est là que nous devrions faire de notre mieux. Mais alors cette approche n'est pas du tout «kewle», elle bouge à la vitesse d'un escargot, elle est extrêmement frustrante, et sinon ennuyeuse - et généralement les deux.

Juste mes deux cent vieux pneus .
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]