Home :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 54.81.139.56
Selfworld
"15 ans de création artistique sur Internet"

OlivierAuber

Ce que je foutais là, expliqué en 15 minutes.
What I was doing here, explained in 15 minutes time.



Source: WJ-SPOTS #1 Maison des Metallos
"15 ans de création artistique sur Internet"
http://www.selfworld.net/event_show/128

RESUME


0) Qui êtes-vous ? Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?

Les appellations qui me conviennent le mieux sont « bricoleur théorique » et « théoricien du bricolage », c’est dire à quel niveau d’indétermination j’en suis arrivé après plus de vingt cinq années à travailler avec les réseaux. J’ai d’abord manipulé les ordinateurs avec un point de vue d’ingénieur (au CERN au début des années 80) puis avec une approche de plus en plus artistique, philosophique et politique. Je ne me vois pas pour autant comme un artiste, un philosophe, ou un acteur politique professionnel. L’indétermination de mon statut, bien que difficile à vivre dans un monde qui aime bien les étiquettes, m’autorise à naviguer librement : selon les cas, artiste, entrepreneur, muséographe, consultant, développeur, auteur, ou militant de grandes causes qui me sont chères comme le « revenu de vie » et les « biens communs ».

1) Vous vous intéressez au réseau depuis des années. D’un point de vue artistique que s’est-il passé pour vous ces 15 années sur Internet? comment avez-vous perçu, vécu et traversé la naissance et l’adolescence du web ?

Il me semble que l’Internet réalise des prophéties anciennes entrevues par Breton, Duchamp, Beuys, Klein, Theillard de Chardin, Debord, pour ne citer que les plus récents. S’il est clair que les images sont de plus en plus produites de ceux qui les regardent, il m’est apparu en 1986 à la lecture de SIVA (Système Intelligent Vivant et Agissant)* qu’il fallait interroger le statut des processus et les dispositifs par lesquels elles arrivent. SIVA est un conte autobiographique de Philipp K. Dick: un grand trait de lumière rose traverse l’esprit de Dick, alias Horselover Fat, alors qu’il regarde paisiblement les infos à la TV. Il croit voir le « Grand Tout » - Dieu en quelque sorte -. Son expérience de la lumière rose est le début d’une enquête qui le conduit à échafauder la théorie selon laquelle existerait un dispositif qu’il nomme SIVA, qui bien que construit par les hommes, ne serait pas moins que la monade absolue par laquelle le temps se boucle de toute éternité... C’était l’époque du Minitel, les réseaux ne faisaient que balbutier, mais tout était déjà là pour construire un prototype de machine à « théophanie automatique ». Cela a pris la forme d’un dispositif de création d’images permettant à chacun de voir « tout » et d’agir sur une partie en sachant exactement où il se situe dans la totalité. Ce dispositif a pris le nom de « générateur poïétique » en référence aux travaux sur l’autopoïèse du biologiste et epistémologue Francisco Varela. En 1988, le générateur poïétique fut l’un des sept projets lauréats du concours du Symbole France-Japon organisé par Philippe Quéau et patronné par François Mitterrand. Avant que l'Internet n'existe tel qu'on le connaît aujourd'hui, il a été présenté dans des configurations locales au centre Georges Pompidou (Communication et monumentalité, 1990), à la Cité des Sciences et de l'Industrie (Machines à communiquer, 1992) et dans plusieurs autres lieux. En 1995, j’ai eu la chance d’être invité en tant qu’artiste à ENST (aujourd’hui Telecom ParisTech) pour mettre en oeuvre du générateur poïétique sur la dorsale Multicast de l’Internet préfigurant l’IPv6 qui devrait être déployé en 2011. Cela permit de réaliser en 1996 ce qui constitue à ma connaissance la première expérience d'interaction collective synchrone acentrée (Europe-Japon-USA). Réalisée à l’aube du web, l’expérience du générateur poïétique permet selon moi de penser en profondeur les questions de dynamique des « réseaux sociaux » et des dispositifs qui leur permettent de s’actualiser.
* En anglais: VALIS « Vast Active Living Intelligent System »

2) Quelle est pour vous la portée de la notion de réseau? d’un point de vue social, politique, artistique, philosophique comment le réseau a-t-il modifié notre rapport au monde, à l’espace et au temps, nos usages, nos pratiques, notre façon d’être, de travailler, de penser, de partager, d’échanger, de collaborer, de créer…

L’expérience du générateur poïétique et d’autres qui ont suivi (Le Trésor des Nibelugen, @rbre, l’Invisible Monument, Big Picture, le Roc-aux-Sorciers, etc.) m’ont amené à formuler une conjecture dite de la « perspective numérique »: nous serions les acteurs d'une invention majeure, analogue à la « perspective spatiale », qui marqua le passage du monde hiérarchisé du Moyen Age, à celui, géométrisé, de la Renaissance ; analogue aussi à la « perspective temporelle » née il y a deux siècles avec l'invention du télégraphe, et qui domine actuellement (ses « points de fuite » sont les émetteurs de télévision, les moteurs de recherche et les sites web que nous connaissons). La perspective numérique est fondée, non pas sur des points de fuite comme les deux précédentes perspectives, mais sur des « codes de fuite », de nature numérique, biologique, génétique, voire quantique, capables d'organiser des formes de commutation acentrée, synchrone ou asynchrone, à l'intérieur de la communauté humaine. Cette dernière perspective serait amenée à prendre le pas sur les précédentes. Elle laisse entrevoir des bouleversements de tous ordres, comparables (ou incomparables?) à ceux que vécurent les Renaissants.

3) Dans le futur le web sera t-il encore un territoire intéressant à explorer, pensez vous qu’il sera un terrain fertile pour la création, pensez-vous qu’il générera ou produira des formes hybrides où le monde physique et le monde virtuel fusionnent, se frottent et se télescopent?

J'analyse la variété des fusions, frottements et télescopages que l’ont peut observer partout, comme des combinaisons plus ou réussies entre les trois perspectives, spatiale, temporelle et numérique. Quinze ans après l’irruption du web, l’exploration du réseau ne fait que commencer. Le milieu réticulaire a selon moi des propriétés intrinsèques qu’il s’agit de découvrir afin de construire des perspectives légitimes dans lesquelles l’espèce humaine pourra se déployer.

4) liens

http://poietic-generator.net
http://perspective-numerique.net
http://km2.net
http://arbre.km2.net
http://overcrowded.anoptique.org
http://www.roc-aux-sorciers.com
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]