Home :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 54.226.120.183
Symétrie des réseaux et Neutralité du net
par OlivierAuber, 21 janvier 2013.

(Ceci est une deuxième tentative pour expliquer ce qui a déjà été dit dans le billet SymetrieEtNeutralite qui comprend toutes les références utiles)


English version

“On a déjà déboisé 1/4 de l'Amazonie pour imprimer des rapports sur la “Neutralité du Net” (@Ls01)

Aurait-on oublié quelque chose ? Oui, peut-être !

Les non techniciens imaginent intuitivement que la notion de "symétrie" en termes de réseaux, est synonyme de "égalité du débit montant et descendant” au niveau des usagers, ou bien “entrant et sortant” au niveau des points de peering . Or cela va beaucoup plus loin. La symétrie est aussi, et surtout, une affaire de protocoles.

Quand Vinton Cerf, l'un des pères fondateurs de l'internet, affirme que “ l’Internet est symétrique ”, il le pense sincèrement, n’en doutons pas.Oui, l’internet est potentiellement symétrique, car il recèle en lui toutes les ressources pour qu’il le devienne effectivement, charge aux acteurs de les mettre en œuvre. S’ils ne le font pas, qu’ils ne viennent pas se plaindre de la domination de Google et des autres silos de données qui profitent précisément de la dissymétrie du net tel qu’il est en réalité pour le moment.

En effet, l’Internet tel que le connaissent la plupart des gens jusqu’à présent, c'est-à-dire le web, met essentiellement en œuvre des protocoles dissymétriques, dits “Unicast”, qui font qu’il est nécessaire, dès lors que l’on veut réaliser une interaction “tous-tous ”, de mettre en place un neu d’interconnexion particulier qui se charge de l’aiguillage. Selon le principe de la loi de puissance, c’est évidemment le plus gros noeud qui l’emporte car il permet de mettre en relation le plus de monde possible. Dans ce jeu basé sur un protocole dissymétrique, "the winner tkes all" à tous les coups (Google, Facebook, Twitter, etc. qui sont, je le signale au passage, non pas des réseaux sociaux, mais des SILOS sociaux), ceci au point qu’au bout d’un moment, tout le monde en est prisonnier, et plus personne n'a intérêt à jouer, ou n’en a plus envie.
Or, il existe aussi des protocoles symétriques sur l’internet. On pense aux protocoles pair à pair, mais plus fondamentalement, il y a le protocole “ Multicast ” faisant partie d’IPévé6, qui est le modèle même des protocoles symétriques. Il permet en effet une relation ”tous-tous” sans l’intermédiaire d’aucun centre particulier, si ce n’est l’Internet dans sa globalité. Malheureusement, ces protocoles, quand ils ne sont pas combattus par les institutions (comme le Pair à pair), ne sont pas (ou peu) rendus accessibles au public par les F A I, et autres opérateurs de réseaux, qui les gardent pour eux jusqu’à présent. On comprend bien pourquoi : le protocole Multicast utilisé par exemple pour la télévision sur ADSL économise énormément de bande passante en permettant à un émetteur qui veut envoyer une vidéo à un million de récepteurs simultanément de ne l’émettre qu’une seule fois, charge ensuite aux routeurs répartis sur le réseau de la dupliqué au gré des demandes.

" En quoi un réseau que certains pourraient utiliser de manière symétrique, et d'autres pas, serait-il neutre ? "

Van Jacobson, un autre gourou de l'internet a déclaré en 1995 : "Comment tuer l'internet ? C'est facile ! Il suffit d'inventer le web !" Malheureusement, c'est de plus en plus d'actualité ! En ne rendant pas accessibles ces protocoles symétriques, de nombreux acteurs des réseaux se condamnent à jouer à un jeu où ils perdent à tous les coups (et les utilisateurs aussi). En effet, comme le dénote la récente escarmouche entre Free et Google, la profitabilité des transporteurs de paquets est bien inférieure à celles des noeuds (Youtube, etc.) et autres gigantesques entrepôts de données, que les protocoles essentiellement dissymétriques rendent absolument nécessaires. Notons aussi que nous tous, simples utilisateurs, nous perdons aussi car nos données personnelles sont aspirées dans des puits sans fond sur lesquels nous n’avons aucun pouvoir…

Bref, pour sortir de cette spirale dépressive qui centralise toute l'innovation et la puissance économique entre les mains de quelques acteurs, il faudrait un jour que les usagers, aussi bien que les opérateurs de réseaux, prennent conscience qu’un autre internet est possible : un internet symétrique ! (au sens des débits ET des protocoles.
Dès lors, l’Internet pourrait être un peu plus “neutre” qu’il n’est à présent puisqu’il ne favoriserait plus automatiquement les positions dominantes. L’avenir cesserait d'être écrit à l’avance. L’innovation qui semble s'assécher aujourd’hui en dehors des silos dominants, serait partout relancée. Enfin le Pair à pair imaginé par les pionniers de l'internet pourrait accéder à l’âge adulte et montrer toute son utilité.

Questions ?

  • Que pensez-vous du projet gouvernemental de taxer les plateformes comme google en fonction des données personnelles qu'elles détiennent sur les citoyens ?
j'ai bien peur que cela conduise à déboiser un nouveau quart de l'Amazonie avant qu'on ne s’aperçoive que ça n'est pas une bonne idée. L'intention qu'il y a derrière cette idée est bonne et je ne voudrais surtout pas accabler ses auteurs. Mais j'ai de nombreuses réticences. La principale est d'ordre éthique. Je pense que dans un monde où il y a de plus en plus une sorte de fusion entre les hommes et les données qui les caractérisent, le commerce de ces données va ressembler à de la traite d'humains. Taxer la détention de ces données n'y peut rien, au contraire, cela entérinerait l'existence de cette pratique.

  • Si je vous suis bien, la mise en place d'un réseau symétrique impliquerait nécessairement la légalisation du partage Pair à pair de fichiers sous copyright ?
  • Un réseau symétrique faciliterait les partages de tous les types de fichiers et les bénéfices seraient immenses pour la culture et l'économie. Cela ne veut pas dire que le partage des fichiers placés sous copyright serait légal. Les fichiers placés sous copyright ne représentent qu'une goutte d'eau dans l'océan. La défense de cette goutte est-elle une raison suffisante pour rester à l'âge de pierre des réseaux ?

    • Et avec quel argent va-on faire tout ça ?
    Merci d'avoir posé la question fondamentale ! De nombreux chercheurs soulignent le parallélisme qui existe entre la forme dissymétrique du web et le mécanisme de création monétaire actuel, lui aussi dissymétrique. Ce sera le sujet de l'une de mes prochaines conférences.

    • Comment peut-on réaliser un réseau symétrique dans ces conditions ?
    Pour que les réseaux deviennent symétriques, il faudrait qu'ils génèrent eux-mêmes une nouvelle forme de monnaie également symétrique ! Certains y travaillent ! Ce sera peut-être le sujet de l'une de mes prochaines conférences.

    • Quel pourrait être l'événement déclencheur d'une telle mutation ?

    Le réseau a fonctionné jusqu'à présent parce qu'il existait une certaine symétrie entre les "gros poissons" du net. Or cette symétrie est en train de se briser. Il y a pour eux essentiellement trois solutions : 1 se laisser manger par le plus gros d'entre-eux. 2 s'entendre, y-compris avec les Etats, pour exploiter tous les petits poissons, à savoir nous tous, par une sorte de commerce triangulaire ! 3 Recréer de la symétrie, non seulement entre-eux, mais avec nous. Les deux premières solutions sont à terme tout à fait explosives, je pèse mes mots ! Seule la troisième est durable, mais nul ne sait comment y arriver. Il faudra bien pourtant ! C'est pourquoi, il faut une prise de conscience !

    • Si je vous suis bien, c'est pour le moment, les solutions 1 et 2 qui l'emportent. Soutenez-vous qu'il y a une sorte de conspiration ?

    Non, pas de conspiration, juste, si j'ose dire, l'un des plus grand mystères de l'humanité. En effet, aussi loin que l'on regarde dans notre corps, ou bien dans l'univers, il n'y a aucun "centre", aucun organe directeur de tous les autres. Le cerveau auquel on prête souvent cette vertu, s'il comporte bien certaines zones fonctionnelles, n'est pas construit comme une hiérarchie ordonnée par un quelconque centre directeur de tous les autres. C'est essentiellement un réseau symétrique. Le mystère est de savoir pourquoi, nous autres, être humains essentiellement symétriques, construisons entre nous des réseaux sociaux essentiellement dissymétriques et hiérarchiques ? Rien ne dit que nous devons être structurés comme une horde de primates ou une meute de loups, non ? donc cela peut changer !
    Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]