Home :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 23.20.13.165
Taxer les robots ?

Un ami m'a posé récemment cette question saugrenue : "faut-il taxer les robots ?" Voici ma réponse.

OlivierAuber

 robot

L'homme n'a jamais été humain (ou pas vraiment) mais il pourrait le devenir (un peu plus) en se regardant dans le miroir que lui tendent les robots. L'image de nous-même qui nous est renvoyée dans ce miroir est précisément celle de robots aveugles, mimétiques et violents, au point de menacer notre propre espèce. La peur immense qui pourrait nous envahir face à cette image serait d'une puissance comparable à celle qu'a suscitée l'irruption des premières armes, il y a deux millions d'années, qui selon Dessalles, a été l'élément déclencheur du langage articulé ; un événement d'une telle puissance épigénétique qu'il aurait entraîné la mutation d’un gène ( FoxP2 ) qui nous a transformés en réputés humains...

La question est : quelle est la nouvelle mutation que la peur des robots va déclencher ?

Pour l'imaginer, il faut à mon avis considérer que les robots sont des armes à la fois d'attaque et de dissuasion sociale, utilisées le plus souvent de manière inconsciente pour réguler les interactions entre groupes humains - dans le pire des cas, ils peuvent devenir les agents de Malthus (Terminator)...

C'est là que la " perspective numérique" pourrait être amenée à jouer un rôle. En effet, chaque réseau, chaque objet, chaque artéfact, chaque robot, réalise une forme de perspective, centrée sur un " code de fuite", et dotée d'une "légitimité" plus ou moins avérée. Mon hypothèse est que, sous l'emprise de la peur (mais aussi de la raison), nous pourrions nous acculturer rapidement à la "lecture" de ces perspectives et donc exercer une pression cognitive sur leurs légitimités. Cela revient à faire muter non pas un gène à l'intérieur de nous-mêmes, mais les codes qui gouvernent nos créatures robotiques. Celles-ci ne doivent plus être utilisées comme des armes de scission sociale, mais comme des biens communs.

En prenant conscience de cela, l'homme deviendrait plus humain.

Donc pour répondre à la question : non il ne faut pas "taxer les robots", mais en concevoir de nouveaux selon des "perspectives légitimes".

Par exemple, on peut imaginer construire un "robot monétaire" global qui fabriquerait de l' argent numérique pour tous selon un loi non inflationniste ( Théorie Relative de la Monnaie/ OpenUDC). Dans ce monde là, les taxes n'auraient plus aucun sens.

Le problème est bien entendu que nous n'avons pas une seconde planète pour tester tout ça, et qu'il faudra bien trouver le moyen de changer le moteur en plein vol.

Voir aussi mon article sur le sujet (février 2017)

 ill
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]