Home :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 18.205.176.100
Partie II - Trois régimes de légitimité
Le régime de légitimité temporel

Economie de l’attention

Dans la sphère commerciale, ce qui confère à un centre sa capacité d’agréger et de redistribuer l’information, est simplement l’«attention» portée par les utilisateurs au dispositif, c’est à dire le temps qu’ils passent et les gestes qu’ils produisent en interaction avec lui ( Herbert Simon, 1971). Les industries du temps transforment cette matière première en revenus, par exemple, par l’entremise de la publicité.

La légitimité de centres de cette économie est donc essentiellement de type procédurale: plus il y a d’attention, plus il y a de ressources (publicitaires entre autres), plus il y a de moyens pour absorber et redistribuer des données et donc pour mobiliser l’attention, ainsi de suite…

Les centres de l’ économie de l’attention développent aussi une forme de légitimité par impartialité reposant souvent sur la gratuité des services - qui de fait, traite chacun de manière équivalente -, et sur l’ergonomie et de design cognitif qui assure une certaine lisibilité des processus.

La légitimité substantielle provient souvent d’une sorte de mythe fondateur lié à l’innovation, matérialisée par des brevets, des copyrights et des logiciels, bref des codes qui acquièrent d’autant plus de légitimité qu’ils sont livrés finalement à tous en OpenSource.

En dernier ressort, la légitimité substantielle provient surtout de la validation de ces innovations par le « marché»; substitut mondain de l’ordre divin.

<< Composer avec le modèle TroisRegimesDeLegitimite Capitalisme ou Communisme cognitif? >>

Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]