Home :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 34.228.30.69
Partie III - Perspectives et territoire
Le territoire et le régime de légitimité temporel

Legitimité procédurale: l'impasse de la démocratie d'opinion

Assurément aujourd’hui, c’est le renouvellement de la légitimité procédurale des pouvoirs territoriaux dans le cadre du régime temporel qui pose le plus de problèmes.

L’Etat et les collectivités locales ne peuvent céder complètement à la pression de l’ interactivité réelle appelée par la perspective temporelle. On a vu que pour s'en prévenir, la République s'était imposée dès sa création un Code électoral fixant une sorte de " temps codal" lent et ritualisé. Cependant, elle y cède à sa manière, en laissant s’installer une démocratie d’opinion à l’aune de laquelle les partis politiques et les acteurs médiatiques semblent s’inscrire dans l’ économie générale de l’attention, comme n’importe quelles entreprises de communication.

Carte des résultats des présidentielles 2007.
Source : LCI & Profession Politique.


Selon un processus de plus en plus industrialisé, la démocratie d’opinion transforme simplement la matière première «attention», en suffrages, puis en impôt, et pour finir en pouvoir, par l’entremise d'une machinerie complexe des sondages et de la communication politique visant à décrypter et à manipuler les codes sociaux.

Par les multiples filtres qu'elle oppose à l’ interactivité, la machinerie en question ne colle pas aux canons de légitimité de la perspective temporelle qui s’impose de plus en plus dans les inconscients depuis l’avènement de l’Internet.

Les subjectivités individuelles façonnées par la perspective temporelle se reconnaissent de moins en moins dans les cartes sociales que les pouvoirs territoriaux leur présentent. En conséquence, celles-ci ne pouvant plus jouer leur rôle de support d’ interaction, font figure de simulacre.

On peut interpréter ce qu’il est convenu d’appeler «la crise de la représentation » comme un défaut de légitimité procédurale dans le registre le perspective temporelle. Et ce défaut particulier du processus d’accession au pouvoir met en doute toutes les autres formes de légitimité. Il s’en suis un état de défiance général vis à vis de tous les pouvoirs territoriaux, tant législatifs qu’ exécutifs.

Comparaison entre l’identité territoriale vécue et le découpage fédéral des USA. Source : the CommonCensus? Map Project

Dès lors les pouvoirs territoriaux sont tentés d'inventer d'autres cartes ou d'en appeler à autres codes qu'ils jugent supplanter tous les autres, par exemple celui de l'"identité nationale", pour tenter de recouvrer une légitimité.

Une du journal « Libération » du 2 octobre 2007.

<< Légitimité substantielle: valorisation des actifs ou Biens communs? PerspectivesEtTerritoire Valeur d'otage et dépendance >>

Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]